1. Limites du système de santé de l’État
  2. Combien payez vous?
  3. Une politique de recharge a-t-elle un sens?
  4. Obtenir une assurance maladie volontaire
  5. Résiliation de votre politique de recharge

4.4. Obtenir une assurance maladie complémentaire volontaire


je. Inscription à la sécurité sociale

Avant de pouvoir souscrire à une assurance volontaire «complémentaire», vous devez être inscrit au système de santé, avec un numéro de sécurité sociale.

Si vous êtes de l’âge de la retraite, ou préretraité, à condition que vous soyez couvert par un certificat de santé EEA «  S1  », vous devez faire une demande d’inscription auprès du service de santé de votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie, l’autorité sanitaire locale.

Si vous êtes un employé, votre affiliation au service de santé sera prise en charge par votre employeur, qui peut également proposer un régime d’assurance volontaire basé sur l’entreprise, appelé collectif de prévoyance, couvrant vous et votre famille. Ces régimes offrent également une couverture d’assurance complémentaire en cas de décès, d’incapacité, de chômage et de retraite.

Si vous êtes travailleur indépendant, votre inscription au service de santé aura lieu dans le cadre du processus d’inscription de votre entreprise.

Une fois inscrit avec votre Caisse, vous pouvez souscrire à une assurance maladie volontaire appropriée.

ii. Fournisseurs

Ces assurances complémentaires sont fournies par des assureurs, collectivement appelés organismes de complément de santé (OC).

Ils peuvent être à but non lucratif »mutuelles»ou des compagnies d’assurance privées, mais ne supposent pas d’après la nomenclature que les premières sont nécessairement moins chères.

Il existe plusieurs centaines de ces assureurs, mais beaucoup sont réservés à des groupes professionnels spécifiques ou à des assurances collectives d’entreprise. Certains ne desservent également qu’une zone géographique spécifique, qu’il s’agisse d’un département ou d’une région.

Dans le cas des assureurs privés, les principaux acteurs de l’assurance individuelle sont Covéa, Axa, Groupama, Swiss Life, Macif et Alliancz (et leurs filiales), tandis que les principales mutuelles sont MGEN, La Mutuelle Générale, Harmonie Mutualite et MNH.

Les mutelles contrôlent environ 56% du marché, les assureurs privés prenant environ 27%.

Le reste du marché est couvert par un certain nombre de nouveaux entrants, notamment les fonds de prévoyance (institutions de prévoyance) et certaines banques – Crédit Mutuel, Crédit Agricole (Pacifica) Banque Postale et BNP Paribas.

Environ 60% des personnes sont assurées via une mutuelle (mutuelle), 24% supplémentaires étant assurés via un fonds privé et 16% dans des régimes employeurs / salariés.

iii. Chercher

Pour trouver un assureur approprié, essayez de parcourir les pages jaunes (Yellow Pages) de l’annuaire téléphonique local sous Assurances. Vous pouvez également contacter un courtier (courtisan) qui se retrouvera dans les mêmes annonces.

Vous pouvez également trouver plus d’informations en ligne en tapant assurance complémentaire sur votre moteur de recherche.

Pour avoir une idée de vos coûts probables, il existe quelques portails Internet sur lesquels vous pouvez comparer les offres de différents assureurs volontaires.

Pour obtenir une comparaison des offres, il existe quelques principaux portails en ligne, Empruntis et Assurland, avec des citations des deux mutuelles et les entreprises privées.

Dans chaque cas, vous devrez comprendre le français et être capable de remplir un questionnaire simple.

Vous pouvez également obtenir un devis gratuit auprès de notre partenaire d’assurance maladie anglophone compétitif au Obtenez un devis.

iv. Niveau de couverture

De manière générale, le niveau de garantie dans les contrats est souvent exprimé en pourcentage des tarifs officiels de la sécurité sociale. Ainsi, un contrat de base pourrait vous offrir un remboursement à 100% du taux officiel, mais comme les frais imposés par le médecin ou le consultant pourraient dépasser ce taux, vous seriez toujours obligé de financer une partie des coûts.

Un contrat plus cher pourrait vous offrir 200% à 400% du taux officiel, ce qui couvrirait un pourcentage plus élevé de vos coûts réels.

Vous devez également vérifier dans quelle mesure la police prendra en charge les excédents (notamment ceux des consultants), qui ne sont pas couverts par le système de sécurité sociale. Certaines polices ne couvriront que les frais au taux officiel, vous laissant la charge de tout excédent.

Bien que vous puissiez penser que les assureurs à but non lucratif offriraient les meilleurs tarifs, ce n’est pas nécessairement le cas, alors obtenez des devis à la fois mutuelles et les assureurs privés.

Si vous avez une condition médicale préexistante, cela peut déterminer l’itinéraire que vous empruntez, car le mutuelles ne demandez pas de questionnaire médical, alors que c’est quelquefois requis par les assureurs privés.

Bien sûr, si un mutuelle ou un assureur privé, il y a un compromis entre le niveau de couverture que vous recherchez et les primes que vous êtes prêt à payer.

Certains assureurs fixent une limite d’âge de 65 ans pour souscrire une police avec eux, bien que dans la grande majorité des cas, si vous souscrivez avant d’atteindre 65 ans, vous êtes autorisé à rester avec eux.

Pour les 65 ans et plus, il existe des politiques spécifiques conçues pour seniors.

Au fur et à mesure que nous développerons ces pages, nous nous efforcerons de fournir des indications plus détaillées sur les différents contrats et leurs tarifs.

Nous avons publié un article sur les éléments à prendre en compte dans le choix de votre assurance maladie complémentaire française sur Contrats d’assurance maladie complémentaire.


Suivant: Résiliation de votre politique de recharge

Retour: Niveau des primes d’assurance volontaire






Source link

, , , ,
Article Similaire
Latest Posts from AUDIKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *