Pandémie pire que 2008 pour une majorité d’Américains, selon une étude