Comment les Canadiens, et en fait les autres visiteurs des États-Unis, devraient-ils faire face aux soins de santé et à la menace du COVID-19? La réponse est compliquée, mais les détails sont exposés ici.

En janvier de cette année, le gouvernement de la province canadienne de l’Ontario a éliminé le programme des voyageurs à l’étranger du régime d’assurance-maladie de l’Ontario. Le Régime d’assurance-maladie de l’Ontario (OHIP) est un système d’assurance-maladie géré par le gouvernement pour les résidents de l’Ontario. Au fur et à mesure que la province a mis en œuvre son plan, elle est devenue la première administration au Canada à éliminer la couverture des services hospitaliers et médicaux d’urgence reçus à l’extérieur du pays. Bien que cette décision ait été critiquée comme étant incompatible avec la Loi canadienne sur la santé, qui stipule que tous les Canadiens ont droit à la couverture continue de leur régime provincial de soins de santé lorsqu’ils sont temporairement absents de leur domicile, le gouvernement de l’Ontario a néanmoins agi. À partir de ce moment, les résidents de l’Ontario sont devenus tenus de couvrir les coûts de leurs soins de santé à l’extérieur du Canada s’ils avaient besoin de soins médicaux pendant leur voyage. Les Canadiens d’autres provinces font face à des circonstances similaires.

Pour relever ce défi, le ministère de la Santé de l’Ontario a recommandé aux résidents de souscrire une assurance privée. Le ministère de la Santé a noté que de nombreuses personnes bénéficiaient déjà d’une couverture d’assurance médicale de voyage par le biais de leurs régimes d’avantages sociaux ou de leurs cartes de crédit. En effet, de nombreuses institutions financières et clubs automobiles canadiens offrent également une assurance médicale de voyage de courte durée. Même Loblaws, la plus grande chaîne de supermarchés au pays, offre une assurance voyage sous sa marque financière le Choix du Président.

La question de la couverture des soins de santé aux États-Unis se résume à votre statut tout en y étant présent. De nombreux immigrants aux États-Unis ont le droit d’accéder à une assurance maladie en vertu de la loi sur les soins abordables, ou ce qui est devenu connu sous le nom d’Obamacare. Le critère clé est d’être «légalement présent». Cela comprend les personnes qui sont des résidents permanents légaux, les asiles, les réfugiés, les ressortissants étrangers admis sous un visa de non-immigrant qui sont en statut et certaines autres classifications en vertu de la Loi sur l’immigration et la nationalité. Les Canadiens en statut de visa TN, L-1, E-2, O-1 et P sont donc tous admissibles. Cependant, les visiteurs et les personnes qui ne sont pas légalement présents aux États-Unis ne le sont pas.

Bien entendu, au moment où l’Ontario a opéré son changement, Covid-19 n’était pas encore évident dans la vie de la plupart des gens en Amérique du Nord. On n’a pas tenu compte de ce que ce changement pourrait signifier pour les Canadiens qui visitent les États-Unis dans le contexte de la pandémie et de l’absence de couverture des soins de santé provinciaux. Dans le cas de l’Ontario, et même dans le cas d’une couverture de soins de santé très limitée, même pour les autres provinces canadiennes, la question est devenue: que se passera-t-il si un Canadien attrape le virus en visitant les États-Unis?

La réponse dépend des étapes qu’un tel Canadien passerait.

Se faire tester – Étape 1

La seule façon de confirmer si vous avez COVID-19 est, bien sûr, par un test de laboratoire. Cela signifie que si un Canadien présente des symptômes, il doit communiquer avec une autorité de santé publique locale. Dans ce cas, il est assez clair que se faire tester pour Covid-19 est gratuit pour tout le monde, y compris les visiteurs canadiens. Il est couvert par la législation adoptée par le Congrès à cet égard. Donc, pour ce qui est du dépistage, cela ne devrait pas être un problème pour les Canadiens.

En effet, pour éviter la possibilité que certains étrangers touchés par le COVID-19 hésitent à rechercher un traitement médical ou des services préventifs nécessaires car cela pourrait nuire à leur capacité à demander plus tard une prestation d’immigration, le service de citoyenneté et d’immigration des États-Unis a indiqué «qu’il ne considérera ni les tests, ni les traitements, ni les soins préventifs (y compris les vaccins, si un vaccin devient disponible) liés au COVID-19 dans le cadre d’une décision d’interdiction de territoire à charge publique, ni comme liés à la condition d’intérêt public applicable à certains non-immigrants cherchant une prolongation de séjour ou changement de statut, même si ce traitement est fourni ou payé par une ou plusieurs prestations publiques, telles que définies dans la règle (par exemple Medicaid financé par le gouvernement fédéral). » En bref, les Canadiens sont à l’abri de toute conséquence négative d’être testés ou traités pour le COVID-19 en termes de demande de statut d’immigrant américain plus tard.

Traiter le coronavirus – Étape 2

Étant donné que la plupart des personnes atteintes d’une maladie à coronavirus bénigne se rétablissent d’elles-mêmes, il est généralement nécessaire de s’isoler à la maison pendant 14 jours. Cependant, si vous devez être traité, en tant que Canadien, il y a de bonnes et de mauvaises nouvelles à cet égard.

La bonne nouvelle est qu’il existe une loi fédérale appelée Loi sur le traitement médical d’urgence et le travail qui exige que toute personne arrivant à une salle / service d’urgence soit stabilisée et traitée indépendamment de son statut d’assurance ou de sa capacité de payer. La mauvaise nouvelle est que la loi ne prévoit aucun paiement pour ces services. Par conséquent, les personnes non assurées peuvent être facturées pour ce traitement. (Certains hôpitaux ont des soins caritatifs ou d’autres moyens de réduire une facture, mais ce n’est pas toujours disponible et ne peut pas toujours répondre aux besoins.) Donc, la réponse courte est que vous obtiendrez le traitement, mais vous serez responsable du coût. Si vous avez une assurance, j’espère qu’elle couvrira les frais. Sinon, vous serez coincé avec la facture. Il existe des régimes d’assurance voyage pour les Canadiens qui couvriront Covid-19. L’un est SafetyWing, un autre est HeyMondo. Cependant, vous devez magasiner soigneusement et ceux-ci doivent être organisés avant le voyage.

Pour résumer, les Canadiens ont besoin d’une assurance médicale pour voyager aux États-Unis. S’ils n’ont pas d’assurance mais doivent être testés pour le Coronavirus, il ne devrait y avoir aucun problème puisque les tests sont gratuits. Si, cependant, il s’avère qu’ils ont besoin d’un traitement dans un hôpital, alors qu’ils ne se verront pas refuser des soins, ils seront très probablement responsables du coût des soins. Dans le cas de ceux qui ont un statut d’immigrant américain valide, ils peuvent être éligibles à Obamacare. Mais dans le cas des visiteurs canadiens, la couverture n’est pas disponible. Il s’agit d’un défi de taille car le coût des soins dans les hôpitaux américains peut être très élevé, souvent des milliers de dollars par jour. Le meilleur plan serait d’enquêter sur l’assurance et de l’obtenir avant de faire face à un tel problème de santé.



Source link

, , , , , , , , , ,
Article Similaire
Latest Posts from AUDIKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *